RENCONTRE | MARYH ROUGIER

RENCONTRE | MARYH ROUGIER

Maryh Rougier est une des figures du wake français, vit le wakeboard et enchaîne les contests. Une rideuse toujours à fond.


Date de naissance : 01/12/1991
Ville : Toulouse
Stance : Goofy
Homespot : Homeless mais principalement au TNS (Téléski Nautique de Sesquières à Toulouse)
Sponsors : Double Up wakeboards, O’Neill Europe, Allbros Boardshop.


Tu as choisi de passer l’hiver à t’entraîner et tu ne perds pas de temps pour te présenter sur les contests internationaux, comment débute ta nouvelle saison ?
Effectivement, j’ai pris un peu de temps pour aller rider à l’étranger cet hiver, j’ai de nouveau choisi les Philippines et le fameux CWC. C’est tellement bon de fuir l’hiver pour aller profiter d’un pays tropical ! Bon cette année, notre crew n’a pas eu beaucoup de chance, nous avons bravé le vent, la pluie, le froid (oui oui le froid) mais on a vraiment passé de bons moments. La saison a commencé assez tôt à Toulouse, nous avons eu un super temps en mars et dès le début du mois d’avril, les contests ont vite commencé. J’ai une saison assez remplie cette année ! Je n’ai pas passé plus de 4 jours d’affilée chez moi depuis le début du mois d’avril ! Mais j’ai assez mal commencé mon été avec une belle entorse du genou sur ma première corde au FISE Xperience d’Amiens… Par contre, ça ne m’empêche pas de rider mais c’est assez frustrant, je dois faire attention de bien contrôler mon ride…

Jusqu’à présent, quel a été ton meilleur trip ?
Je pense que mon premier trip est celui qui restera gravé dans ma mémoire. Voyager pour la première fois à l’autre bout du monde, seule avec un gros boardbag, c’est assez fantastique. J’ai retrouvé mes amis en Thaïlande pendant 3 semaines, à rider et à visiter ce pays magnifique.
Mais je suis actuellement en train de parcourir l’Allemagne dans toute sa longueur pour le premier vrai projet féminin de tous les temps ! Nous sommes actuellement un groupe de 10 filles réunies pour 10 jours pour shooter sur 10 différents parks. Courtney Angus nous a préparé un planning super chargé pour que l’on puisse montrer au monde entier que oui, les filles rident et le font bien ! Je vous encourage à suivre #OutoftheKitchenWake ! Vous n’allez pas être déçus. J’ai eu la chance de pouvoir participer à cette aventure et nous sommes en train d’écrire l’histoire.

maryh rougier wall fise

Ton meilleur souvenir en wakeboard ?
Il n’y a pas un moment qui m’a marqué en particulier, je savoure chaque moment passé sur l’eau, les bons comme les mauvais ! Mais il y a certains parks qui laissent des souvenirs plus forts ! Quand on est prêt à se jeter sur un module bien fat et bien sketchy, l’adrénaline est une sensation assez folle. Le plaisir de poser un trick est ensuite décuplé !

Nous t’avons vue il y a quelques semaines au FISE, tu deviens une habituée du contest, que peux-tu nous dire de cette édition 2017 ?
J’aime beaucoup participer au FISE, c’est une grosse opportunité de rider un park comme celui-ci une fois dans l’année ! On a besoin d’avoir un park comme celui-là pendant 365 jours ! C’est aussi l’occasion de montrer que les girls rident aussi.
Cette année ça a été assez difficile pour moi, le set up était vraiment impressionnant et super engagé, tout semblait démesuré. Ça a été très dur de rider avec mon entorse, mon genou me faisait bien souffrir ! Heureusement, mon amie Marie Castaner, la meilleure kiné du monde et le crew de Bord’Ostéo m’ont bien aidé à le maintenir en forme pour me permettre de rider. Mais c’est surtout que les filles n’ont pas été intégrées dans le programme de la semaine avant le samedi. Nous n’avons donc eu aucune possibilité de découvrir le set up avant le jour de la compétition. Nous étions toutes très frustrées de ne pas pouvoir s’y adapter et de pouvoir ensuite renchérir sur nos tricks… Encore plus pour les filles qui sont venues de l’autre bout de la planète pour rider et qui ont dû patienter 4 jours avant de pouvoir prendre la première corde ! Du coup, on s’est consolées dans les soirées. Le niveau cette année était dingue, les meilleures du monde étaient présentes et ont tout déchiré ! C’est la première année avec autant de filles et un niveau aussi haut, j’ai vraiment apprécié !

On peut dire que tu as un style unique sur l’eau, une inspiration particulière ?
Je ne sais pas quel style j’ai, je ride et c’est tout ! Je fais mon possible pour être le plus propre possible sur mes tricks, mais le reste vient du cœur !

maryh rougier setup fise

Pratiques-tu d’autres sports à côté du wakeboard ?
J’avoue que je passe très peu de temps à ne rien faire ! Maintenant que je fais du wakeboard, j’ai tendance à toucher à tout type de board, surf, snowboard, skateboard… Mais avant tout ça, j’ai fait 10 belles années de patinage artistique ! Je n’ai jamais été très bonne, mais c’est un sport qui apprend beaucoup, que ce soit sur la propreté de l’exécution ou bien sur les bonnes chutes à pleine vitesse sur la glace bien dure.

Plutôt rider seule ou entre amis ?
J’ai l’habitude de tout faire toute seule, car je dis toujours que si on doit attendre les autres, on ne fait rien… Mais dès que j’ai la possibilité de rejoindre mes amis pour une session, je fonce !
On peut dire que tu es une gure dans le wakeboard français, quel conseil voudrais-tu donner aux jeunes lles qui commencent ? Foncez ! Il n’y pas de meilleure sensation que le ride. Le wakeboard, c’est accessible à tout le monde et on apprend très vite, il ne faut pas hésiter à s’y investir, cela n’apporte que des bonnes choses ! De plus, des stages s’organisent et même certains uniquement pour les nanas si vous aimez être accompagnées, et il m’arrive de venir coacher sur certains d’entre eux quand je suis dispo.

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?
Que tout continue comme ça !

RENCONTRE
MARYH ROUGIER

maryh rougier TerhillsCablepark



Clear_1920X800